Écrire l’écoute spacialisée

La meilleure position pour écouter de la musique : assis, debout, couché … reste un choix personnel car il n’y a pas de position idéale dans le positionnement du corps. Par contre, concernant son orientation dans l’espace créé par le dipositif d’écoute, il faut absolument tenir compte de la zone d’ombre dans notre écoute qui s’étend derrière notre tête sur un champ de 90°.

C’est à ce stade que généralement les problèmes commencent car dans la plupart des systèmes formatés, plus on est au centre mieux se passera l’écoute. Mais comment faire, quand les auditeurs sont nombreux, pour les placer tous au seul endroit idéal d’écoute ? La solution reste malheureusement souvent inextricable.

Cette normation de l’écoute spacialisée (en 3D : dôme, cube et en 2D : octophonie, quadriphonie …), avec tous ses défauts, serait pourtant facilement évitable si les compositeurs faisaient preuve d’un peu plus d’imagination au lieu de s’en remettre aux seuls acousticiens & ingénieurs du son.

Il faudrait tout d’abord penser spacialement l’œuvre à composer pour qu’elle puisse être écoutée en dessous, au-dessus, derrière, à gauche, au centre, à droite, frontalement … Puis, parallèlement à l’écriture spatiale de la partie sonore, il serait très intéressant de concevoir et d’écrire le parcours de l’auditeur dans l’œuvre et sa durée, pour que celui-ci ne se retrouve jamais dans une zone d’ombre d’écoute et afin qu’il soit toujours positionné au meilleur endroit, à chaque instant du déroulement de l’œuvre.

Tout cela demande de repenser complètement les lieux de diffusions pour qu’ils deviennent eux-même un parcours en 3D (avec des coursives aériennes, des sous-sols, toutes sortes de méandres et combinatoires seraient les bienvenues) car l’écoute passive (siestes musicales ou autres) s’avère un non sens dans l’écoute spacialisée.

Passons à l’écoute active pour de vraies actions musicales vivantes !

Publié par

Jean VOGUET

Having been a futuristic bruitism, atypical composer of acousmatic & electronic music, Jean VOGUET has always focused on how his works are presented in each environmental context. The concept « Acousmatic Geophonies & Heterotopias » comes from his research « sound spaces of otherness », which means the virtual ecosystem in complex structures (the sound materials created by sound synthesis, not originating from organic sound). It is also characterised by grand and variable spectral frequencies, in initiatory musical wandering, outside of time and outside the border, within the unlimited and temporary dimension. Many of his compositions such as « l’Odyssée », « instants sonores », « Jeux & Variations MiDi » have been induced by his obsession with the great myths of humanity and poetic nature of human-beings. In addition to performing in various events of acousmatic music, he has been taken to perform in live electronic performances, concerts with aircrafts and tractors, multidisciplinary events and festivals internationally. Not only compositions, he has also extensively created site-specific works. His regular collaborations with artists from other disciplines include works with visual arts, dance, poetry, performance art. His works have been presented in Japan, China, Korea, Russia, Poland, Canada, USA, Mexico, Israel, Cameroon, Italy, Austria, Belgium, Czech Republic, England, Germany, Netherlands, Portugal, and France. He was the co-artistic director of the VIA Festival in Paris (1993-2002) and he co-founded the PAN Network (1994-2003). He is the director of the CRANE lab • Research Center • for heterotopia, arts, ethics of art and regeneration since 1995.